• Que dire des fêtes du 25 décembre et du 1er janvier ?

    Les croyants (mieux que chrétiens) devraient ils célébrer Noël ?

    Beaucoup savent que Notre Messie n'est pas né le 25 décembre alors qu'est ce qui est fêté.

    Qu'en est il du 1er janvier ?

    Beaucoup attend cette fête avec impatience.

    Là encore puisque c'est une fête qui plaît à tout le monde la méfiance s'impose :

    N'aimez point le monde, ni les choses qui sont dans le monde. Si quelqu'un aime le monde, l'amour du Père n'est point en lui
    1 Jean 2:15
     
    19 Nous savons que nous sommes de Yahuah et que le monde entier est sous la puissance du malin.
    1 Jean 5/19

    Pourquoi aiment-ils cette fête du 25 décembre (tout comme nous auparavant pardon Abba) ?

    Comment se fait-il que le monde entier aime ce "noël" - qui en français pourrait signifier "pas de El" - alors que c’est sous la puissance du mal ?

    C’est la période de l’année où les familles et les amis se réunissent à l'occasion du solstice d'hiver à la même période de la fête satanique connue sous le nom de Yule.

    C’est le moment où les cordons de la bourse sont déliés, on se rue dans les magasins quitte à s'endetter : saisis d'un élan de générosité, bon nombre d'entre eux vont jusqu'à dépenser au-delà de leurs moyens séduit par la formule "ne payez rien maintenant.... mais dans trois mois seulement" ... sic... puis ils vont passer des heures et des heures à table, buvant et mangeant.

    C’est aussi un des rares moments de l’année où certains vont aller "à l’église" or :

    Ne savez-vous pas que votre corps est le temple de la Ruach Ha Kodesh/Souffle de Sainteté ("Saint Esprit") qui est en vous(...) ?

    1 Corinthiens 6:19

    Ce n’est pas une fête ordonnée par Notre Créateur de l'Univers.

    Quel faux dieu pour le monde ! Quelle célébration sacrée pour les païens ! Quelle célébration captivante, importante et trompeuse pour le monde chrétien !

    Beaucoup s'offusqueront et demanderont alors :

    « Comment pouvez-vous ne pas célébrer "noël", si vous êtes croyant ? Ne croyez-vous pas en la naissance du Messie ? Quel mal pourrait-il bien y avoir à célébrer la naissance du Sauveur ? S’il y a bien quelque chose qui vaille la peine d’être célébré et observé, n’est-ce pas cela ? Où serions-nous s’Il n’était pas né ? N’avez-vous jamais été dans l’esprit de "noël"?* Ne croyez-vous pas en la générosité ? »

    C'est là le genre de question émotive qui sera formulée pour défendre cette fête.

    La célébration du 25 décembre, bien que paraissant être une fête merveilleuse, désintéressée, agréable, innocente, voire même pieuse, est en fait une des fêtes des plus néfastes et destructrices qui soit.

    Elle s’apparente aux fêtes orgiaques et à toutes mauvaises choses auxquelles vous puissiez penser.

    Pourquoi ?

    Si nous nous basons sur Les Écritures nous allons noter que les hommes pensent faussement y trouver un fondement biblique pour perpétrer cette abomination devant Elohim qui la hait avec passion : Il hait aussi les conséquences qu’elle inflige à Son Peuple et Sa Majesté souffre beaucoup à cause de tout cela.

    Yahusha, notre Messie, leur dit : Vous, vous cherchez à paraître justes devant les hommes, mais Yahuah connaît vos cœurs ; car ce qui est élevé parmi les hommes est une abomination devant Yahuah.

    Luc 16, 15.

     

    Comment se fait-il que le monde entier aime cette fête du 25 décembre alors que c’est sous la puissance du malin ?

    Cette célébration,  n’était pas, à l’origine, quelque chose de pur, de bon et de saint : elle est païenne, idolâtre, superstitieuse et mauvaise.

    Ces fêtes du solstice d'hiver s'appelaient les saturnales, elles étaient dédiées au soleil et c'était un moment où l'on sacrifiait les enfants aux idoles !!!

    Or, mille ans ne sont-ils pas comme un jour aux Yeux de Notre Père Céleste ?

    Car mille ans sont, à Tes yeux, Comme le jour d'hier, quand il n'est plus, Et comme une veille de la nuit.

     
    Mais il est une chose, bien-aimés, que vous ne devez pas ignorer, c'est que, devant YaHuWaH, un jour est comme mille ans, et mille ans sont comme un jour.
     

    Bon nombre de croyants ont adopté et adapté cette fête sous prétexte de gagner les païens au "christianisme" et pour consolider leur pouvoir politique, or :

    Quel accord y a-t-il entre Le Messie et Bélial ? ou quelle part a le fidèle avec l'infidèle ?

    2 Corinthiens 6:15

    Le mot « Christmas » vient de l’église catholique romaine : « La Messe du "Christ" ».

    Le thème de la messe est exprimé dans le rite que le prêtre effectue en prenant le pain et le vin pour le changer en corps et en sang dudit "Christ Jésus" par l’entremise d’un soi-disant miracle connu sous le nom de « transsubstantation », sic...

    En disant cinq mots magiques. "Jésus-Christ" est présomptueusement offert à "Dieu" comme sacrifice pour les péchés de la congrégation et de quiconque pour qui la messe en question est dite.

    Tous ceux qui sont présents à l’office peuvent, s’ils en ont le droit et s’ils le souhaitent,  s’avancer et recevoir « le corps et le sang » dudit "Seigneur Jésus-Christ".

    Cette messe est d'ailleurs célébrée comme chaque dimanche, jour hebdomadaire du soleil "Sunday"  une à deux fois notamment.

    En fait, durant la messe, ils crucifient le Messie encore et encore. La célébration toute entière est en elle-même blasphématoire.

    Et pourtant, diverses encyclopédies, y compris l’encyclopédie catholique et l’Encyclopedia Britannica s'accordent pour dire que "noël" ne trouve pas du tout son origine dans les premières assemblées.

    La fête fut apparemment adoptée comme une fête dite « chrétienne » aux environs du 4ème siècle, les principaux éléments qui la constituaient avaient été empruntés à des coutumes et à des traditions païennes en l’honneur d’Isis et d'Osiris - des divinités païennes - datant de 3000 av. Yeshua, en Egypte.

    Beaucoup d'informations seront trouvées sur le lien "les deux Babylones"sur ce miniblog.

    Les premières questions de celui qui professe le Messie Yahusha venu en chair sur cette terre devraient être :

    1) « Pourquoi célèbrerais-je cela ? » 

    2) « Est-ce que Yahuah est glorifié si je le fais ? ».

    Que disent Les Écritures ?

    N'y a-t'il pas de Saintes Convocations qui, elles, sont des fêtes solennelles ordonnées et instituées par Yahuah en Lévitique 23, et que nous devrions observer ?

    La première de ces fêtes est Pessah (la Pâque et non les paques avec les oeufs et les lapins) : elle représente la libération des esclaves hebreux hors d'Égypte, ombre des choses à venir : la mort de Yeshua qui est la libération de l'esclavage de notre péché,

    La seconde est la fête des semaines ou fête des pains sans levain "Hag HaMazot", qui représente une semaine pendant laquelle on ne mange pas de pain levé ni levure symboles du péché :

     Ne savez-vous pas qu'un peu de levain fait lever toute la pâte?

    1 Corinthiens 5:6

    La troisième est la fête des prémices lorsque nous agitons la gerbe et qui correspond à la glorification de Yeshua auprès de Notre Père Céleste.

    La quatrième fête est la célébration du don de la Torah (les instructions de Notre Père) au Mont Sinaï donné aux israélites et à ceux qui les avaient suivi hors d'Egypte (pas à la Maison de Yahudah seulement : toutes les tribus étaient présentes : Cf les deux maisons) puis le Consolateur, Le Souffle de Sainteté, Ruach Ha Kodesh sous forme de langues de feu à Shavouot que beaucoup appellent Saint Esprit afin que nous soyons UN "Ehad" avec Yeshua comme Yeshua est UN "Ehad" avec Le Père.

    Puis la Fête des trompettes "Yom Teruah" (Fête du Cri qui réveille), la fête des expiations appelée "Yom Kippour", temps de repentance et la fête des tentes/des cabanes/des tabernacles appelée aussi Sukkot qui restent à accomplir lors du « second avènement » de Notre Mashiah / Messie Yeshua.

    Quant à la date de naissance de notre Messie, et si nous nous concentrons bien sur ce qui est écrit en Luc nous allons comprendre que la naissance physique de notre Messie s'est accomplie à Shavouot/Pentecôte.

    26 Au sixième mois*, l'ange Gabriel fut envoyé par YHVH dans une ville de Galilée, appelée Nazareth,

    27 auprès d'une vierge fiancée à un homme de la maison de David, nommé Joseph. Le nom de la vierge était Marie.

    28 L'ange entra chez elle, et dit: Je te salue, toi à qui une grâce a été faite; le Seigneur des seigneurs est avec toi.

    36 Voici, Élisabeth, ta parente, a conçu, elle aussi, un fils en sa vieillesse, et celle qui était appelée stérile est dans son sixième mois. Bébé Jean Le Baptiste a donc été conçu au 1er Nisan/Abib qui est le 1er mois. 

    37 Car rien n'est impossible à YHWH.

    *sur le calendrier hébraïque, cela correspondait au mois de juillet/août

    Ceci n'étant qu'une parenthèse, notre salut ne vient-il pas en nous identifiant à Sa mort ?

    J’ai été crucifié avec Yeshua ; et si je vis, ce n’est plus moi qui vis, c’est Yeshua qui vit en moi ; si je vis dans la chair, je vis dans la foi au Fils de YHVH, qui m’a aimé et qui s’est livré lui-même pour moi.

    Galates 2:20.

    En ce qui concerne la célébration des anniversaires, la Bible n'en fait pas mention mis à part celle d’Hérode (qui sacrifia Jean). Les sorcières considèrent les anniversaires et les croyants savent que notre vie charnelle est ennemie de notre vie spirituelle :

    Quel accord y a-t-il entre Christ et Bélial ? ou quelle part a le fidèle avec l'infidèle?

    Comme nous l'avons dit : le 25 décembre correpond aux Saturnales, jour de la fête païenne de la naissance du dieu Soleil.

    Le 1er janvier représente la fête dédiée à Janus...

    Que dire de "santa klaus" (d'ailleurs, santa ne vous fait il pas penser à satan ?)  ou "saint nicolas" (les nicolaïtes ?) ?

    Les traditions et les théories sur son origine varient, mais considérons ceci : les saints sont-ils des lutins ? Sont-ils obèses ? Ont-ils des pouvoirs magiques (et non « miraculeux », car il y a une différence) ? 

    Si tel est le cas, ils ne sont pas dignes de représenter notre Messie à l’occasion de cette fête que beaucoup considèrent comme étant la plus importante : d'ailleurs ne serait ce pas là prendre Son Nom en vain ? Exode 20.7. (violant ainsi le troisième commandement)

    Est-ce que lesdits "saints" viendraient offrir des cadeaux pour donner gloire aux hommes ?

    Un saint est une personne née de nouveau en qui Yeshua réside.

    Un saint n’est pas un elfe et ne sort pas d’un conte de fées. Il ou elle est enfant de Notre Créateur.

    Tout ce qui appartient à Yeshua ne devrait pas être mélé aux fables et aux mensonges :

    Vous avez pour père le diable, et vous voulez accomplir les désirs de votre père. Il a été meurtrier dès le commencement, et il ne se tient pas dans la vérité, parce qu'il n'y a pas de vérité en lui. Lorsqu'il profère le mensonge, il parle de son propre fonds; car il est menteur et le père du mensonge.

    Jean 8.44

    D'autre part pourquoi mentir aux enfants, comment nous feront ils confiance après cela ?

    L'interdiction de mentir ne fait elle pas elle aussi partie des commandements ?

    Tu ne feras pas de faux témoignage

    De surcroît cet homme en rouge que l'on appelle "père" qui aime les flammes puisqu'il est sensé descendre par les cheminés n'est il pas à l'image de celui que nous rejetons, un mélange entre un sorcier (si agréable soit-il), un esprit (historiquement, selon la mythologie païenne, un esprit de l’âtre), et un être enclin à avoir des appétits et des vices charnels ?

    Pourquoi vos enfants devraient-ils ensuite vous faire confiance en quoi que ce soit si, en tant que soi-disant croyant qui dit être dans la Vérité, vous les avez vous-même trompés ?

    N'est-ce pas contradictoire et hypocrite de la part des parents d’apprendre à leurs enfants à ne pas mentir tout en mentant eux-mêmes ?

    Il est tout aussi inoffensif d’incorporer des mensonges à la vérité, que d’incorporer de l'arsenic à de la bonne nourriture.

    Notre Père Céleste ne met il pas le mensonge au second rend de la lampe inique qui est l'antithèse de la Ménorah que représente Yeshua avec les 7 Esprits en Esaïe 11 ?

    16 Il y a six choses que hait Yahuah, Et même sept qu'Il a en horreur;

    17 Les yeux hautains, la langue menteuse, Les mains qui répandent le sang innocent,

    18 Le coeur qui médite des projets iniques, Les pieds qui se hâtent de courir au mal,

    19 Le faux témoin qui dit des mensonges, Et celui qui excite des querelles entre frères.

    Proverbes 6.

    Yahusha : Je Suis qui Sauve notre Yeshua (Salut) nous dit en Apocalypse/Révélations 3 v 16 qu’Il préfère que nous soyons froids ou bouillants ; si nous sommes tièdes, Il nous vomira de Sa bouche.

    Dans la Première partie de l'Alliance, l'homme a chuté car il s'est joint à des rites païens :

    Du temps de Noé, au jour du déluge, Notre Créateur a détruit toute chair parce que les croyants s'étaient mélés à des non-croyants, les épousant et ayant des enfants avec eux. Genèse 6.

    Quand Shlomo/Salomon, épousa des femmes païennes en dépit de l’avertissement d'Elohim et malgré sa sagesse qui surpassait de loin celle de toute autre personne connue, il fut prit au piège par ses épouses et adora des dieux païens.

    Les fils d’Aaron, Nadab et Abihu, offrirent à Yahuah : un feu étranger et furent immédiatement consumés.

    Samson, à cause de son compromis avec Delila, perdit la vue et la liberté, en dépit de la grande bénédiction que Yahuah lui avait donnée.

    Lorsqu’Israël fit des compromis en n'effectuant pas la destruction des habitants de Canaan dans leur totalité, ceux qu’ils avaient épargnés devinrent de terribles épines dans leurs flancs, toute comme avait prévenu Notre Père Céleste.

    Abba hait les mélanges et les compromis.

    Ce "no ël" n’est qu’un grand tourment hypocrite, une substitution égoïste et diabolique de ce qui est bon et vrai.

    La consommation excessive d’alcool et de nourriture est une part importante de Noël.

    L’excès d’alcool et de nourriture est réprimé par les Saintes Écritures et s'appelle ivrognerie et gloutonnerie.

    Nombreux sont ceux qui ont perdu un père, un enfant, un conjoint ou un ami à cause de ce temps de célébration, de ces moments démoniaques où bon nombre dans le désespoir en ces jours de ténèbres ont été poussés par l'ennemi à en finir : à Paris notamment ces temps de solstices d'hiver sont des temps où bon nombre de personnes mettent fin à leur vie en se jetant sous des rames de métro...

    « Pourquoi ne pourrions-nous pas célébrer "noël" pour de justes raisons et sans toutes les coutumes et les traditions païennes ? », demanderont certains.

    C’est comme si vous demandiez : « Pourquoi ne pourrions-nous pas célébrer des fêtes païennes pour autant qu’on le fasse à la mode "chrétienne" ? »

    A cela, je répondrai : c'est pourquoi, en tant que croyant, nous ne faisons plus partie desdits "chrétiens"

    Nous avons tellement mieux à faire en tant que croyant fidèle à Toute Sa Parole.

    Est-ce que Yahuah vous a laissé un tel vide spirituel au point que vous ayez à ce point besoin de participer aux concoctions lascives de ceux qui ne L’aiment pas et ne sont intéressés ni à Le connaître ni à Le servir ?

    N’avez-vous pas fait l’expérience de la bonté de Notre Créateur ?

    C'est pourtant bien vers Lui que nous devons nous tourner, pas vers les païens, par Son Esprit en vous et non par la chair, vers le ciel et non vers la terre.

    Qu’est-ce que Yahuah a à dire à propos de ce jour ?

    Garde-toi de te laisser prendre au piège en les imitant (des personnes non-croyantes), après qu'elles auront été détruites devant toi. Garde-toi de t'informer de leurs dieux et de dire : Comment ces nations servaient-elles leurs dieux ? Moi aussi, je veux faire de même. Tu n'agiras pas ainsi à l'égard de Yahuah,Ton Elohim ; car elles servaient leurs dieux en faisant toutes les abominations qui sont odieuses à Yahuah, et même elles brûlaient au feu leurs fils et leurs filles en l'honneur de leurs dieux. Vous observerez et vous mettrez en pratique toutes les choses que je vous ordonne ; vous n'y ajouterez rien, et vous n'en retrancherez rien.

    Deutéronome 12, 30-32.

    Non, mais que les choses que les nations sacrifient, elles les sacrifient à des démons et non pas à Elohim : or je ne veux pas que vous ayez communion avec les démons. Vous ne pouvez boire la coupe de Yahuah et la coupe des démons ; vous ne pouvez participer à la table de YaHuWaH et à la table des démons. Provoquerons-nous Yahuah à la jalousie ? Sommes-nous plus forts que Lui ?

    1Corinthiens 10, 20-22

    Moïse/Moshah a écrit :

    Parle aux fils d'Israël, et dis-leur : Moi, Je suisYahuah votre Elohim. Vous ne ferez pas ce qui se fait dans le pays d'Égypte où vous avez habité, et vous ne ferez pas ce qui se fait dans le pays de Canaan où Je vous fais entrer, et vous ne marcherez pas selon leurs coutumes. »

    Lévitique 18:2-3

    Le fait même d’avoir en sa possession des objets qui représentent ces périodes tout comme d'autres abominations que représentent halloween, la toussaint et la saint-valentin, attire la colère de Yahuah comme un puissant aimant attire le fer.

    La colère de Yahuah repose sur ceux qui célèbrent le 25 décembre en insinuant Son Saint Nom, qu’on se dise Lui appartenir ou non.

    La repentance s'impose.

    Dans le livre de l’Apocalypse, on parle de Mystère, Babylone la grande, la mère des prostituées. Cette prostituée représente la rome papale, dont la fondation païenne de noël tire son origine.

    Voici ce que Notre Créateur dit à Son Peuple en ce qui concerne la fausse religion :

    Et j'entendis une autre voix venant du ciel, disant : Sortez du milieu d'elle, mon peuple, afin que vous ne participiez pas à ses péchés et que vous ne receviez pas de ses plaies : car ses péchés se sont amoncelés jusqu'au ciel, et Yahuah s'est souvenu de ses iniquités. Apocalypse18, 4-5.

    Babylone veut dire confusion et si nous faisons des compromis, mélanges entre ce qui est Kadosh / Saint (mis à part) et ce qui ne l'est pas, ce sont les plaies que nous risquons de subir nous aussi :

    Et il cria avec une forte voix, disant : Elle est tombée, elle est tombée, Babylone la grande ! Et elle est devenue la demeure de démons, et le repaire de tout esprit immonde, et le repaire de tout oiseau immonde et exécrable ; car toutes les nations ont bu du vin de la fureur de sa fornication, et les rois de la terre ont commis fornication avec elle, et les marchands de la terre sont devenus riches par la puissance de son luxe. » Apocalypse 18, 2-3.

    Voici aussi ce que dit Yahuah sur ce genre de fêtes...

    30 garde-toi de te laisser prendre au piège en les imitant, après qu'elles auront été détruites devant toi. Garde-toi de t'informer de leurs dieux et de dire: Comment ces nations servaient-elles leurs dieux? Moi aussi, je veux faire de même.

    31 Tu n'agiras pas ainsi à l'égard de Yahuah Ton Elohim ; car elles servaient leurs dieux en faisant toutes les abominations qui sont odieuses à Yahuah, et même elles brûlaient au feu leurs fils et leurs filles en l'honneur de leurs dieux.

    Deut. 12:30-31

    Et plus précisément sur les arbres que l'on décore :

    10 Écoutez la parole que Yahuah vous adresse, Maison d'Israël!

    Ainsi parle Yahuah : N'imitez pas la voie des nations, Et ne craignez pas les signes du ciel, Parce que les nations les craignent.

    Car les coutumes des peuples ne sont que vanité. On coupe le bois dans la forêt; La main de l'ouvrier le travaille avec la hache;

    4 On l'embellit avec de l'argent et de l'or, On le fixe avec des clous et des marteaux, Pour qu'il ne branle pas.

    Ces dieux sont comme une colonne massive, et ils ne parlent point; On les porte, parce qu'ils ne peuvent marcher. Ne les craignez pas, car ils ne sauraient faire aucun mal, Et ils sont incapables de faire du bien.

    Nul n'est semblable à toi, ô Yahuah  ! Tu Es grand, et ton nom est grand par ta puissance.

    Qui ne te craindrait, roi des nations? C'est à toi que la crainte est due; Car, parmi tous les sages des nations et dans tous leurs royaumes, Nul n'est semblable à toi.

    Tous ensemble, ils sont stupides et insensés ; Leur science n'est que vanité, c'est du bois !

    On apporte de Tarsis des lames d'argent, et d'Uphaz de l'or, L'ouvrier et la main de l'orfèvre les mettent en oeuvre; Les vêtements de ces dieux sont d'étoffes teintes en bleu et en pourpre, Tous sont l'ouvrage d'habiles artisans.

    10 Mais Yahuah est Yahuah en vérité, Il Est Elohim vivant et un Roi éternel; La terre tremble devant Sa colère, Et les nations ne supportent pas sa fureur.

    11 Vous leur parlerez ainsi : Les dieux qui n'ont point fait les cieux et la terre disparaîtront de la terre et de dessous les cieux.

    12 Il a créé la terre par Sa Puissance, Il a fondé le monde par Sa Sagesse, Il a étendu les cieux par Son Intelligence.

    13 A Sa voix, les eaux mugissent dans les cieux ; Il fait monter les nuages des extrémités de la terre, Il produit les éclairs et la pluie, Il tire le vent de Ses trésors.

    14 Tout homme devient stupide par sa science, Tout orfèvre est honteux de son image taillée ; Car ses idoles ne sont que mensonge, Il n'y a point en elles de souffle,

    15 Elles sont une chose de néant, une oeuvre de tromperie; Elles périront, quand viendra le châtiment.

    16 Celui qui est la part de Jacob n'est pas comme elles ; Car c'est lui qui a tout formé, Et Israël est la tribu de son héritage. L'Éternel des armées est son nom.

    17 Emporte du pays ce qui t'appartient, Toi qui es assise dans la détresse!

    18 Car ainsi parle Yahuah : Voici, cette fois je vais lancer au loin les habitants du pays; Je vais les serrer de près, afin qu'on les atteigne. -

    19 Malheur à moi ! je suis brisée ! Ma plaie est douloureuse ! Mais je dis : C'est une calamité qui m'arrive, Je la supporterai!

    20 Ma tente est détruite, Tous mes cordages sont rompus ; Mes fils m'ont quittée, ils ne sont plus ; Je n'ai personne qui dresse de nouveau ma tente, qui relève mes pavillons. -

    21 Les bergers ont été stupides, Ils n'ont pas cherché Yahuah ; C'est pour cela qu'ils n'ont point prospéré, Et que tous leurs troupeaux se dispersent.

    22 Voici, une rumeur se fait entendre; C'est un grand tumulte qui vient du septentrion, Pour réduire les villes de Juda en un désert, En un repaire de chacals. -

    23 Je le sais, ô Yahuah ! La voie de l'homme n'est pas en son pouvoir ; Ce n'est pas à l'homme, quand il marche, à diriger ses pas.

    24 Châtie-moi, ô Yahuah ! mais avec équité, Et non dans Ta colère, de peur que Tu ne m'anéantisses.

    25 Répands Ta fureur sur les nations qui ne Te connaissent pas, Et sur les peuples qui n'invoquent pas Ton Nom ! Car ils dévorent Jacob, ils le dévorent, ils le consument, Ils ravagent sa demeure.

    Et que diront les arbres (de "no El") ?

    Les cyprès même, les cèdres du Liban, se réjouissent de Ta chute : Depuis que tu es tombée, personne ne monte pour nous abattre.

    Esaïe 14


    … 12 (Oui, vous sortirez avec joie, Et vous serez conduits en paix; Les montagnes et les collines éclateront d'allégresse devant vous,) Et tous les arbres de la campagne battront des mains.

    Ésaïe 55


    Que les arbres des forêts poussent des cris de joie Devant Yahuah ! Car Il vient pour juger la terre.
    1 Chroniques 16:33

    Que la campagne s'égaie avec tout ce qu'elle renferme, Que tous les arbres des forêts poussent des cris de joie,
    Psaume 96:12

     

    Ce ne fut pas facile pour nous de cesser de célébrer ces fêtes d’autant que nous avons été élevés ainsi depuis le berceau comme toutes nos familles, nos connaissances, nos collègues et (malheureusement) même ex frères d'assemblées qui les célébraient et y prenant plaisir jusqu'à ce que nous soyons enfin éclairés sur la nature de cette tradition démoniaque et mercantile que représente cet esprit captivant et très agréable à première vue, pourtant si trompeur.

    Ces temps sont chargés de promesses et de voeux supersticieux qui sont vains.

    La fête du 25 décembre notamment est une fête de faux semblant et puisque, c'est d'ailleurs officiel, un *esprit lui est attaché… et quel esprit !

    Ces fêtes sont dangereuse car elles mélangent le Sacré et le profane en faisant référence au Sauveur que l'on réduit et ridiculise sous forme d'un bébé dans une crèche.

    A la fin des fêtes, le bébé "Jésus" est ensuite vite rangé, mis au placard, après avoir terminé la quinzaine de ces fêtes dédiées au soleil qui sont à cheval sur la fin d'année et le début de l'autre selon le calendrier solaire (qui n'est pas celui de Notre Créateur).

    Oui vraiment cet esprit* de noël est un esprit mesquin, sournois, vicieux, une période d'excès pour les uns et de profonde solitude et de désarroi pour les autres.

    Nous réitérons notre invitation à lire cet excellent livre à propos des traditions et des célébrations païennes, reposant sur des faits, et qui sont les fruits de beaucoup de recherches dans Deux Babylones par Alexender Hislop (ci joint en lien sur ce blog).

    Puisse notre Elohim, Notre Maître de l'Univers accorder à chacun Sa grâce à ceux qui cherchent à faire Sa Sainte volonté et qui demandent comme nous pardon d'avoir offensé Yahuah Notre Créateur, y renoncent, arrachent et brisent ces mensonges pour les mettre sous le marche pieds de Yahushua afin d'ordonner ensuite à l’esprit de noël, de janus et de mensonges de sortir de l'âme, du corps et de l'Esprit de chacun en Yahushah Ha Mashia'h.

    Amen.

     

    Trouvé dans :

    https://rcg.org/fr/brochures/ttooc-fr.html

     

    L’origine des couronnes, de la bûche et du gui.

     

    L’Encyclopedia Americana dit : « Le houx, le gui, la bûche de Noël…sont des vestiges de l’ère pré-chrétienne. » Autrement dit, du paganisme ! La bûche (de Noël) faisait partie d’un rite Teuton d’adoration de la nature.

    Le livre de Frederick J. Haskins ajoute : « Les autorités croient que l’utilisation des couronnes de Noël tire leur origine des coutumes païennes de décoration d’édifices et des endroits de culte pendant la fête qui se tenait pendant la même période que Noël. »

     

    L’Encyclopédie Britannique, sous la rubrique « Celastrales », révèle l’origine des couronnes : « Les païens d’Europe apportaient dans leurs demeures des gerbes, offrant ainsi aux êtres féériques des bois un refuge pendant la dure période hivernale. Pendant les saturnales, la fête hivernale romaine, des branches de houx étaient échangées en gage d’amitié. Les premiers chrétiens romains auraient apparemment utilisé le houx en tant que décoration pendant la période de Noël. »

     

    Il existe des douzaines de types de houx. Presque tous se présentent sous une variété mâle oufemelle comme la « Blue Prince et Blue Princess », ou la « Blue Boy et la Blue Girl » ou la « China Boy et China Girl ». Les plantes de houx femelles ne peuvent porter de fruits à moins qu’un plant mâle à proximité les ait pollenisées. Il est aisé de voir pourquoi la couronne de houx a été adoptée dans les rituels païens en tant que signe d’amitié et de FERTILITÉ !

     

    Noël ne serait pas complet pour certains à moins d’échanger « un baiser sous le gui ». Cette coutume païenne allait de soi lors d’une nuit de festivités tenue dans un esprit d’ivrognerie. Tout comme aujourd’hui, les « baisers » étaient échangés au tout début des célébrations des saturnales, ou, de nos jours, de Noël. Je n’oublierai jamais l’obligation à laquelle j’étais tenu d’embrasser la mère de mes amis en entrant dans chacune de leur maison le jour de Noël. C’était la première chose que nous faisions. Je détestais cela, mais c’était quelque chose qu’il « fallait faire » !Le gui était supposé avoir des pouvoirs de guérison spéciaux pour ceux qui « s’amusaient » en dessous.

     

    L’Encyclopédie Britannique, sous la rubrique « Santalales » dit : Le gui européen est supposé avoir eu une signification rituelle spéciale lors des cérémonies druidiques et possède toujours, dans le folklore d’aujourd’hui, un statut particulier, en tant que gui de Noël, qui nous vient du temps des Anglo-Saxons ». Le gui est un parasite qui vit sur le chêne. (Rappelez-vous que les druides adoraient les bocages de chênes). Les anciens Celtes (associés aux druides) avaient pour habitude de donner du gui en tant que remède aux animaux stériles afin de les rendre fertiles. Sa signification en langue celte est toujours : « la plante qui guérit tout ».

     

    Tout comme le gui, les fruits de houx étaient considérés sacrés pour le dieu soleil. La « bûche du soleil » originelle (sun log) en est venue à être appelée la bûche de Noël (yule log) simplement parce que le mot « Yule » (bûche) signifie « roue », symbole païen qui depuis longtemps représente le soleil.

     

     

    Quelle que soit la culture, l’origine de la fête est la même. Seuls certains symboles diffèrent selon les cultures. Voici ce que dit l’Encyclopedia Universalis au sujet de Noël : « Fête solennelle de la naissance de Jésus-Christ, Noël est célébré le 25 décembre dans toutes les Églises chrétiennes depuis le IVe siècle. À cette époque, cette date était alors celle de la fête païenne du solstice d’hiver appelé « Naissance (en latin, Natale) du soleil », car celui-ci semble reprendre vie lorsque les jours s’allongent… ». (« Natale » est la racine du mot Noël).

     

     

    « Deux Maisons fort bien documentées par Jim Stayley de Passion for TruthENSEIGNONS à Nos enfants LA VÉRITÉ »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :